yaoundeinfo

Alerte Cameroun : Voici la « DECLARATION DES RIVERAINES DES GRANDES PLANTATIONS DE MONOCULTURE, CONTRE LA RSPO DE SOCAPALM »

Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale contre la monoculture d’arbres, le 21 septembre, les femmes riveraines des grandes plantations disent non à la certification RSPO de Socapalm. Appuyées par le RADD, Réseau des acteurs du développement durable, elles ont saisi les autorités pour faire entendre leurs voix contenues dans une déclaration forte que voici.

« Nous, signataires de la déclaration du 10 août 2022, venons vous faire tenir ce jour du 21 septembre 2022 qui marque la Journée Internationale de la Paix mais aussi, la journée internationale de lutte contre les monocultures d’arbres, la déclaration contre la RSPO écrite à Edéa, lors de la rencontre nationale des femmes riveraines de monoculture du Cameroun.

RENCONTRE NATIONALE DES RIVERAINES DES GRANDES PLANTATIONS DE MONOCULTURE EDEA 08-10 AOUT 2022 

DECLARATION CONTRE LA RSPO DE SOCAPALM

NOUS, RIVERAINES des agro-industries de monocultures du Cameroun : SOCAPALM (DIBOMBARI, EDEA, ESEKA, KIENKE, MBAMBOU, MBONGO, SAFACAM), SUDCAM/CEA, SOSUCAM, CAMVERT ;

Réunies à Edéa du 08 au 10 août 2022, dans le cadre de la rencontre nationale des riveraines du Cameroun ;

En partenariat avec le Réseau des Acteurs du Développement Durable, Green Development Advocate, SYNAPARCAM, WOCOTOMADI Cameroun, APDDH (défense des droits de l’Homme), Journalists for Earth, Jeunes Volontaire pour l’Environnement-Côte d’Ivoire, Jeunes Volontaire pour l’Environnement-Ghana, EPER Suisse ;

Nous nous plaignons des abus continuellement perpétrés sur les femmes et les familles riveraines de la SOCAPALM ;

Constatons le non-respect des clauses sociales et environnementales inscrites dans le cahier de charges, notamment :

  • Les accaparements des terres (extensions illicites, non rétrocession des terres, non respect de la justice sociale, non consultation des riveraines…) et les expulsions sans indemnisations ni compensations ;
  • l’absence criarde d’infrastructures de développement et services sociaux de base  (centres de santé, routes, hôpitaux, écoles et centres de formation, eau potable et énergie…) ;
  • La violation du droit à la nourriture par les famines du fait de l’absence des terres cultivables ;
  • Les violations des lieux cultuels et culturels (sépultures, sites sacrés) ;
  • Les atteintes aux libertés individuelles, la violation des droits socio-professionnels, les conditions de travail indécent, le travail sous tension, la discrimination à l’embauche ;
  • La non immatriculation des employés sous-traitant à la sécurité sociale ;
  • Les violences faites sur les femmes et les jeunes filles, y compris les femmes enceintes, les outrages sexuels des femmes et jeunes filles (les viols, le harcèlement sexuel, les détournements de mineurs…) ;
  • les débauches (la délinquance juvénile, la prostitution, la consommation abusive d’alcool et des drogues…)
  • Les troubles de jouissance, la confiscation des moulins des femmes, destruction des biens, les violations de domicile.
  • Les activités dangereuses illustrées par le creusage des tranchées ;
  • La pollution de l’air, du sol et de la nappe phréatique souterraine ;
  • Les arrestations et détentions arbitraires, les intimidations et menaces, etc. ;

Vu la certification RSPO accordée à la SOCAPALM en 2020 et 2021 ;

Vu le décret N° 2022/5074/PM du 04 juillet 2022, fixant les modalités de contrôle de la conformité sociale des projets ;

Appelons au sens d’éthique, de justice et de responsabilité de l’organisme en charge des certifications RSPO !

Dénonçons avec véhémence l’octroi de la certification RSPO à la SOCAPALM !

Exigeons la rétractation et l’annulation de ladite certification ! »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A Lire aussi

Derniers articles

FAITES VOS ANNONCES ET PUBLI-REPORTAGES DANS LE JOURNAL AMBITIONS CONTACT 00237 699843976